10 + 1 questions à ...

10 +1 questions à … Camille Gillet

 

10 + 1 questions à… Camille Gillet

Je ne connais pas depuis très longtemps Camille Gillet. Cette rédactrice Web et « content manager » (gestionnaire de contenu) est aussi très active sur les réseaux sociaux. Avec ses commentaires corrosifs sur l’actualité française ou sur certains autres gazouillis, Camille est toujours très divertissante tout en étant d’une perspicacité à toute épreuve!

Merci Camille!

 

1- En quelques lignes, pourrais-tu nous dire qui tu es au bénéfice de ceux qui ne te connaissent pas ?

Alors, Camille, née Gillet. Auteure, rédactrice Web, et puis un peu blogueuse quand j’ai que ça à faire… Autrement dit rarement. J’aide les gens à avoir de bons contenus, à rêver avec des histoires, et puis de temps en temps à réfléchir sur l’univers du Web et nos métiers.

2- Outre le fait d’ouvrir les yeux :), que fais-tu en premier en te levant le matin ?

J’allume mon ordinateur. Et je demande en même temps à mon collègue et partenaire qui se charge de faire du café.

3- De quoi ne pourrais-tu plus te passer ?

De quoi écrire. PC, papier, peu importe. Il me faut de quoi m’exprimer, je pense que c’est la seule chose qui m’est vitale en dehors de mes propres besoins primaires. De façon plus « technologique », c’est de mon ordinateur.

4- La photo de fond d’écran de l’appareil sur lequel tu réponds à ce questionnaire ?

C’est une multitude de fonds issus d’univers geeks (jeux vidéo, films, comics…), certains érotiques parfois. Et ils se chargent aléatoirement. Au moment de rédiger ça, c’est un fanart du personnage « Varian Wrynn » issu de World of Warcraft.

5- La chose que tu aimes le plus des réseaux sociaux ?

Le fait que ça pousse à se confronter à des gens différents, et donc à réviser en permanence son jugement, etc. Contrairement à ce que l’on en dit, les RS ne nous enferment pas dans des bulles informationnelles. Ce qui fait ça, c’est l’utilisateur. D’ailleurs, ne dit-on pas que la plupart du temps « Le problème se situe en réalité entre la chaise et le clavier ? »

6- Et celle que tu aimes le moins ?

Le sentiment de toute puissance que certains tirent de ce qu’ils croient être l’anonymat (et qu’ils associent à de l’impunité), ce qui, en France du moins, est totalement faux d’ailleurs. Ça pousse beaucoup les gens à la haine facile.

7- Penses-tu qu’un jour, ou si ce n’est déjà fait,  les réseaux sociaux pourraient remplacer les médias traditionnels ?

C’est déjà le cas. Twitter est un moteur de tendance, et à l’époque où je bossais pour un « journal en ligne », je faisais toute ma veille dessus, et c’était Twitter qui me disait, en gros, quoi écrire. Combien d’articles nous proposent justement des « florilèges » des réseaux sociaux ? Ça encore, c’est pour l’aspect « information ». Mais si l’on prend le mot « medium », c’est déjà le cas pour YouTube qui remplace doucement la télé (pareil pour Twitch), ou encore Facebook ou Instagram.

8- Comment considères-tu la qualité de ton français (avant l’utilisation du correcteur :) ) ?

Pas aussi bonne que je ne le voudrais, et travailler sur le Web me dessert considérablement. Il m’arrive d’avoir de grosses périodes à écrire salement, avec des fautes, parfois en inversant les lettres. Le Web est une catastrophe pour les règles de français, ou la richesse sémantique. Mais c’est comme ça, la langue évoluera.

9- Si Internet n’existait pas, qu’est-ce qui pourrait le remplacer ?

La mémoire collective. Parce qu’Internet est à la fois une agora pour ses espaces de discussion, et une tour de Babel. C’est aussi une cité internationale et virtuelle. Avec ses lois, ses individus, ses forts, ses faibles, ses modes… On a cessé de regarder Internet dans son ensemble, on le cantonne au Web, voire à Facebook… Mais c’est une œuvre majeure de l’Humanité, une utopie assez incroyable – dévoyée, j’en suis convaincue – mais qui changera à jamais notre race. Je pense même que cet outil apporte beaucoup plus de bien que de mal (quoi qu’on adore en dire pour exciter les compteurs à clics), et que cela permettra l’autonomie des gens. Internet est né sur la philosophie de l’Open-Source, et quand on voit ce que les gens échangent (gratuitement) grâce à ça, c’est incroyable. Alors, ce qui pourrait remplacer Internet, je pense que ça serait une conscience collective immédiate. Oui, comme dans la SF (NDLR : Science-fiction). Et on y viendra. Si, du reste, notre race arrive à survivre aux défis de ce siècle.

10- LE conseil à donner à quelqu’un qui veut utiliser les réseaux sociaux ?

De ne jamais croire que c’est virtuel. C’est immatériel. Ce n’est pas pareil.

11- Question bonus : Sur quel type d’appareil surfes-tu (ordinateur ou mobile) le plus souvent ?

Ordinateur fixe.

 

Vous pouvez suivre Camille sur Twitter : @Gillet_Camille

2 Commentaires
  • Olivier
    septembre 8, 2017Répondre

    Camille Gillet est pugnace mais tout aussi sagace. Elle le prouve dans sa vision des choses et de l’internet comme conscience collective. C’est toujours un plaisir de la lire quand elle ne se déchaîne pas trop :-)
    Sinon, lorsqu’elle s’emporte, mieux vaut être dans le public et contempler… qu’en face d’elle.
    Avec toute mon amitié,
    Olivier

    • Louis Houde
      septembre 11, 2017Répondre

      Tu as parfaitement raison! Aigre-douce! Merci pour ton commentaire Olivier :)

Leave a comment